La Tête Ailleurs... Le site de nos carnets de voyages, avec plein de photos, de conseils et d'informations pratiques
Les tapes
 
 
Nos voyages : les étapes illustrées de nos voyages, les itinéraires, ...Photos : toutes les photos prises durant nos voyagesInfos Pays : les cartes et plein d'infos sur la géographie, le climat, les langues, les religions, etc..., des pays visitésAvant le départ : plein de conseils sur les prépartifsVie sur place : toutes les informations pratiques et utiles pour quand vous y serezLiens : une série de liens utiles, classés par catégorie
accueil    qui sommes-nous ?   livre d'or   plan du site
 
 

Il y a actuellement 27 visiteurs sur le site !

 
Itinraire du voyage

Carte de l'itinraire

Pour plus d'infos sur notre itinraire lors de ce voyage, cliquez sur la carte

Nos Voyages

Choisissez un de nos voyages pour le vivre avec nous étape par étape, visualiser l'itinéraire, ...

 
Derniers Albums Photos

Les 4 derniers albums publiés sur le site :

Lima et retour en France
Pérou : Lima et retour en France

Paracas et les îles Ballestas
Pérou : Paracas et les îles Ballestas

L'oasis de Huacachina (Ica)
Pérou : L'oasis de Huacachina (Ica)

Nazca et environs
Pérou : Nazca et environs

 Tous les albums

Infos Pays

Des infos sur la géographie, le climat, un peu d'histoire, les langues, les religions ainsi que des cartes et bien d'autres choses sur les pays visités...

 
Vie sur Place

Vous voulez tout savoir sur le coût de la vie, les modes d'hébergement, les moyens de transport, de communications, la sécurité, l'argent, la santé, etc... dans les pays visités, avec plein d'exemples de prix ? C'est par ici !

 
Avant le départ

Tout sur les préparatifs de chaque voyage : les budgets, la préparation des itinéraires, les visas, les billets d'avion, les assurances, les vaccins, les trucs à ne pas oublier d'emporter ou de faire, etc etc...

 
  Le voyage

Bolivie - 1/2 jour - Le 07 juin 2008


Les mines de Potosi


La visite des mines de Potosi... impossible de vous décrire cela, c'est vraiment une expérience qu'il faut vivre pour se rendre compte des conditions épouvantables dans lesquelles les mineurs travaillent encore aujourd'hui ici, en Bolivie. Ces mines se visitent uniquement en passant par une agence et donc c'est en groupe touristique (heureusement assez restreint) que nous irons, et ce côté quelque peu "voyeuriste" nous mettra mal à l'aise durant toute l'après-midi.
Le pire, c'est que l'argent que nous versons à l'agence ne revient pratiquement pas aux mineurs, c'est de l'exploitation touristique sur leur dos... Pour faire passer la pilule auprès d'eux, les guides nous invitent à acheter différents produits au marché des mineurs (de la dynamite !!! des feuilles de coca, des boissons, cigarettes...) pour leur offrir dans la mine. D'accord, c'est mieux que rien mais nous resterons quand même choqués par la manière dont se déroule le tourisme ici.

Après le marché nous enfilons l'équipement complet pour pouvoir entrer dans la mine et grimpons vers le Cerro Rico (la colline riche) cette montagne surnommée la femme noire, femme parce que c'est elle qui donne la vie, permet de nourrir les hommes, et noire parce que ce sont essentiellement des hommes noirs qui ont travaillés dans ces mines d'argent (aujourd'hui ce sont des filons d'étain qui sont exploités) depuis le début de leur exploitation au dix-septième siècle.

Le Cerro Rico, là où se trouvent toutes les mines de PotosiC'est en tenue complète que nous partons visiter ces minesD'ici nous dominons la ville de Potosi
L'exploitation de ces mines donne son identité à PotosiEt oui, ces mines sont encore exploitées aujourd'hui...... non plus pour les filons d'argent, épuisés, mais pour des filons d'étain


Quelques hommes sortent de la mine en poussant un énorme chariot qui pèse une tonne (vraiment une tonne), et ils ne sont que quatre pour cela. Ils sont là depuis trois heures ce matin nous disent-ils et finissent leur journée, ce sont les derniers hommes qui sortiront aujourd'hui de cette mine. Le Cerro Rico compte ainsi 120 mines différentes dans lesquelles travaillent environ 6000 mineurs.

Repos mérité après plus de dix heures de travailEntrée de l'une des nombreuses mines creusées dans le Cerro RicoCes chariots pèsent une tonne
Dur travail qui se transmet de génération en générationQuatre pour pousser ce chariot qui pèse 1000 kgs...


Nous pénétrons dans la mine où il fait très froid et noir bien sûr et où l'eau nous arrive parfois jusqu'aux chevilles.Mais rapidement notre guide nous propose d'en rejoindre une autre puisque nous ne pourrons pas observer le travail des mineurs dans celle-ci.

Entrée dans cette première mineUne déesse qui protège les mineurs


Nous rejoignons en bus une autre entrée à côté de laquelle se trouve quelques maisons dont les murs sont recouverts de sang de lama. Ces traces datent certainement du 01 Août dernier car tous les ans à cette date les mineurs tuent des lamas pour offrir leur sang à Pachamama, la Terre-Mère, cette déesse qui est considérée par les Indiens comme un être vivant et représente la fécondité et la source des biens matériels. Pour s'attirer ses faveurs et assurer la sécurité et la rentabilité de la mine, les mineurs badigeonnent ensuite les parois de la mine de ce sang.

Du sang de lama recouvre les murs de ce village...C...ceci à la suite d'une cérémonie annuelle visant à protéger les mineurs


Cette fois nous nous enfonçons beaucoup plus profondément dans la mine et les conditions sont difficiles, il faut avancer complètement courbés, il est parfois difficile de respirer et d'effectuer des efforts à cette altitude, comment imaginer que des gens passent 10h par jour ici... Nous croisons El Tío, la déesse protectrice des mineurs entourée des nombreuses offrandes (feuilles de coca, alcool...) que ceux-ci déposent à côté d'elle.

C'est extrêmement courbés que nous progressons dans les galeries minières
Galeries minières étroites à PotosiDes offrandes pour honorer les dieux et protéger la mine


Plus tard il devient de plus en plus difficile de respirer, la poussière, les odeurs d'amiante et de carbure de calcium nous prennent à la gorge et nous font suffoquer, il fait de plus en plus chaud (jusqu'à 35 degrés) et pourtant nous croisons un premier groupe de mineurs travaillant dans ces conditions, dont certains paraissent assez jeunes. Ils poussent des chariots remplis d'une tonne de matériaux qu'ils déversent à terre pour remonter ensuite ces minéraux dans des espèces de grandes marmites qu'ils tirent à l'aide de cordes. Mon Dieu, c'est Germinal au vingt-et-unième siècle, et même pire que cela... Les méthodes de travail sont archaïques, les outils usés sans parler des hommes qui mâchent des feuilles de coca toute la journée pour tenir ainsi sans manger.

6000 mineurs travaillent encore iciLes mineurs travaillent ici dans des conditions abominables, l'air étant très difficilement respirableLes outils de travail ne sont pas tout jeune...
Le travail dans les mines commence très jeune, aucun autre choix iciIl fait jusqu'à 35 degrés ici


La poussière, la chaleur, l'odeur, des efforts insensés sans arrêt, nous avons l'impression d'avoir changé de siècle. Ici l'espérance de vie est de 45 ans, les conditions de travail favorisent d'innombrables maladies, aucune protection sociale n'est assurée bien sûr et les salaires ne sont pas très élevés... Et nous qui sommes là à observer cela et à prendre ces personnes en photos, je vous jure que dans ces cas-là on est pas fiers d'être touristes et de voir la manière dont se déroulent ces visites. Heureusement nous avons un peu de matériel, de la coca et des boissons à leur offrir, mais ça paraît tellement dérisoire qu'on voudrait rentrer sous terre, même si en même temps il nous semble important de témoigner sur ces conditions de travail.

Germinal au vingt-et-unième siècle, et même pire que cela...Le travail des mineurs de Potosi
L'espérance de vie de ces mineurs ne dépasse pas 45 ansLe travail dans les mines en Bolivie


Une visite bouleversante, des instants qui marquent tout comme le visage de ces hommes épuisés tout en étant également fiers de leur travail qui se transmet de génération en génération, ici tout le monde est mineur.

Ils travaillent encore à la pelle, la pioche et la dynamiteCes énormes ''paniers'' remplis de 250 kg de gravas sont ensuite tirés à l'extérieurLes mineurs chiquent d'énormes quantités de feuilles de coca, ce qui leur permet de ne pas manger de la journée


Ils prennent quelques instants pour nous parler un peu, expérience étrange qu'un groupe de touristes qui rencontre ici ces mineurs d'un autre monde...

Mineur chiquant des feuilles de coca pour tenir la journée


Nous les laissons à leurs travaux et passons par un passage très étroit pour rejoindre d'autres galeries et un autre mineur qui, seul, trie les minéraux en fonction de leur qualité. Il s'agit là de la dernière étape du travail dans la mine, certes moins dangereuse que le travail à la dynamite ou au marteau-piqueur, mais quelles conditions là encore, l'air est quasimment irrespirable...

Nous descendons à l'étage inférieurIci un mineur trie les minéraux selon leur qualitéIl travaille seul dans une chaleur étouffante


Nous ressortons tous chamboulés, avec l'impression d'être entrés dans un mauvais film, et pourtant non... Ouf, de l'air frais... Notre guide a gardé un bâton de dynamite pour nous montrer comment se déroule l'explosion, effectivement c'est quelque chose !

Démonstration d'explosion de dynamite


Nous rentrons en ville et tentons de retourner à la vie "normale" en discutant avec nos compagnons de voyage d'une après-midi, presque tous français. Parmi eux deux couples qui font le tour de l'Amérique du Sud en campig-car, ceux que nous avions croisé à Sucre, et un couple bien sympa qui fait un tour du monde et avec qui nous accrocherons bien les jours suivants.


Posté le 13/06/2008  -  Voir / cacher les commentaires Voir / cacher les commentaires [1]  -  Poster un commentaire Poster un commentaire  -  


Premire tape : Escale a New-York
tape prcdente : Potosi
tape suivante : Uyuni
Dernire tape : Lima et retour en France

 

  Photo aléatoire
Coucher de soleil sur le lac Titicaca

Le lac Titicaca : les îles Amantani et Taquile
(Pérou)

Lire l'étape

Recherche

 

Dernier Ajout

AMÉRIQUES 2007/2008 : Pérou - Posté le 10/10/2008

Lima et retour en France

Difficile de quitter l'océan et de monter dans le bus qui nous conduit à Lima, la capitale du pays. L'ambiance est à la nostalgie, l'heure du retour approche à grand pas et, si nous nous réjouissons pourtant à l'idée de revoir nos proches, il faut bien admettre que nous n'avons aucune envie de rentrer... Nous regardons les paysages défiler par la fenêtre alors que des émotions contradictoires nous envahissent : la sensation d'avoir vécu pleinement et jusqu'au bout cette aventure, l'envie de pro...

Lire la suite

Livre d'Or

Le 27/06/2017 à 13h05, Clemence a écrit :

"Bonjour,
Je souhaiterai vous joindre sur votre adresse mail mais cela ne fonctionne pas.
Y-a t-il un espoir que je puisse vous poser quelques questions sur votre voyages aux Ameriques via une autre adresse mail? :)

Merci ! "

Lire / Signer le livre d'or

PUBLICITÉ
Site validé par le W3C
© 2017 - La Tête Ailleurs - Tous droits réservés Accueil | Nos voyages | Photos | Infos pays | Avant le départ | Vie sur place | Qui sommes-nous ? | Livre d'or | Plan du site | Liens Site réalisé par CreationClic