La Tête Ailleurs... Le site de nos carnets de voyages, avec plein de photos, de conseils et d'informations pratiques
Les tapes
 
 
Nos voyages : les étapes illustrées de nos voyages, les itinéraires, ...Photos : toutes les photos prises durant nos voyagesInfos Pays : les cartes et plein d'infos sur la géographie, le climat, les langues, les religions, etc..., des pays visitésAvant le départ : plein de conseils sur les prépartifsVie sur place : toutes les informations pratiques et utiles pour quand vous y serezLiens : une série de liens utiles, classés par catégorie
accueil    qui sommes-nous ?   livre d'or   plan du site
 
 

Il y a actuellement 26 visiteurs sur le site !

 
Itinraire du voyage

Carte de l'itinraire

Pour plus d'infos sur notre itinraire lors de ce voyage, cliquez sur la carte

Nos Voyages

Choisissez un de nos voyages pour le vivre avec nous étape par étape, visualiser l'itinéraire, ...

 
Derniers Albums Photos

Les 4 derniers albums publiés sur le site :

Lima et retour en France
Pérou : Lima et retour en France

Paracas et les îles Ballestas
Pérou : Paracas et les îles Ballestas

L'oasis de Huacachina (Ica)
Pérou : L'oasis de Huacachina (Ica)

Nazca et environs
Pérou : Nazca et environs

 Tous les albums

Infos Pays

Des infos sur la géographie, le climat, un peu d'histoire, les langues, les religions ainsi que des cartes et bien d'autres choses sur les pays visités...

 
Vie sur Place

Vous voulez tout savoir sur le coût de la vie, les modes d'hébergement, les moyens de transport, de communications, la sécurité, l'argent, la santé, etc... dans les pays visités, avec plein d'exemples de prix ? C'est par ici !

 
Avant le départ

Tout sur les préparatifs de chaque voyage : les budgets, la préparation des itinéraires, les visas, les billets d'avion, les assurances, les vaccins, les trucs à ne pas oublier d'emporter ou de faire, etc etc...

 
  Le voyage

Bolivie - 3 jours - Les 05, 06, 07 (1/2 jour) et 08 (1/2 jour) juin 2008


Potosi


Nous pensions la grève finie ce matin mais non, les routiers ont décidé de continuer à manifester en bloquant les routes pour une durée indéfinie. Aucun bus ne circule mais quelques taxis se sont organisés pour permettre le passage. Il nous faut d'abord rejoindre le blocus puis le traverser à pied (les camions s'alignent sur 700 ou 800m) avant de retrouver un taxi derrière qui nous emmenera à Potosi où il nous faudra de nouveau traverser à pied le barrage pour entrer dans la ville. Nous ne sommes pas du tout rassurés à l'idée de prendre tant de taxis vu la réputation de ceux-ci en Bolivie, mais pourtant c'est la seule solution...

Blocus des routes par les camions à PotosiPlus aucun bus ne circuleNous traversons à pied, espérant trouver un taxi de l'autre côté...


Ce blocage provoque bien des problèmes ici : de nombreuses choses manquent comme l'essence ou le gaz, ainsi notre chauffeur s'arrête dans tous les villages pour tenter d'en trouver. La route entre Sucre et Potosi nous offre de superbes paysages montagneux et l'occasion d'observer les cultures en terrasse et les Boliviens s'activant à divers travaux dans les champs, semant, récoltant ou menant brouter leurs troupeaux de chèvres et de vaches, de belles images de la Bolivie rurale...

Trois heures plus tard, même manoeuvre pour entrer à Potosi. Les routiers font fuir les taxis et bus qui arrivent jusqu'ici à coup de dynamite, mieux vaut ne pas s'attarder. Enfin, ça y est, nous voici en sécurité à Potosi, l'une des villes les plus hautes du monde car située à plus de 4000m d'altitude ! Heureusement nous ne sommes pas sujets au soroche (le mal d'altitude des Andes) même s'il nous est parfois difficile de respirer ici, surtout la nuit. Nous trouvons un hôtel sympa avec eau chaude et chauffage, génial vu le froid cinglant qui règne ici la nuit !

Le lendemain, Potosi nous apparait comme une ville très animée, il y a toujours foule dans les rues. Aux bâtiments blancs de Sucre succèdent les couleurs qui tapissent les murs, deux villes Boliviennes au charme certain mais très différent. Ces couleurs ont été obtenues à partir de pigments provenant du Cerro Rico, cette montagne qui domine Potosi, a écrit son histoire et lui donne encore son identité actuelle de ville minière.

Potosi, ville baroque et colorée au pied du Cerro Rico
Potosi se situe à plus de 4000m d'altitude !L'une des plus belles villes de Bolivie...Le charme des rues de Potosi, ce sont les couleurs !


Chaque rue possède son charme et nous cherchons les plus jolies et colorées de cette ville classée à la fois au patrimoine naturel et culturel de l'humanité. Il est vrai que Potosi est l'une des plus belles villes baroques d'Amérique du Sud, la plupart des bâtiments coloniaux et des églises (pas moins de 16 !) ayant été construits du dix-septième au dix-neuvième siècle du temps de l'extrême prosperité de la ville.

Des églises plus belles les unes que les autres !
Potosi, belle ville baroque de Bolivie
Architecture typique à Potosi
Le baroque est roi à Potosi...
La ville compte pas moins de 16 églises !


Cette richesse provenait de l'exploitation, durant trois siècles, des mines d'argent creusées dans le Cerro Rico. Le métal, alors vendu en Europe, rapportait gros mais en contrepartie de cette richesse des miliers d'Indiens sont morts d'épuisement ou d'empoisonnement suite à l'inhalation répétée des vapeurs de mercure, état de fait qui malheureusement perdure encore de nos jours (cf. étape suivante sur la visite de l'une de ces mines).

Cette période fut celle de la démesure, de superbes bâtiments comme la cathédrale (actuellement fermée pour cause de travaux) furent construits. Celle-ci fait face à la place 10 de Novembre, le coeur de la ville où se retrouvent notamment beaucoup d'Indiennes et leurs enfants. C'est sûr, s'y attarder quelques instants sous le ciel bleu et intense qui la domine en observant la vie alentour est l'un des charmes de Potosi...

Potosi, la ville du charango, instrument de musique traditionnel La place principale de la villeLa cathédrale de Potosi


La vie bât son plein dans cette ville, difficile de se croiser sur les trottoirs et d'éviter les minibus qui crient à la volée leur destination, et ça grouille encore plus au marché où l'on trouve absolument de tout, notamment de nombreuses plantes médicinales et des feuilles de coca. Les Boliviens y boivent sur le pouce de grands verres de boissons gardées chaudes grâce à des pierres brûlantes déposées au fond des verres.

Les rues sont toujours animées iciPrès du marché de PotosiDes boissons toujours chaudes grâce aux pierres brûlantes qu'elles contiennent !


Les tissus colorés des magasins nous attirent, de même que les différents objets d'artisanat et les instruments de musique traditionnels come les charangos (l'adaptation bolivienne des violes de gambe italiennes), d'autant que les prix en Bolivie sont vraiment attractifs par rapport aux autres pays d'Amérique du Sud ! Différents villages des environs revendiquent la création de cet instrument de musique que l'on retrouve dans presque tous les groupes de musique andins. Mais à défaut de joueurs de charango, nous croisons aujourd'hui une fanfare qui donne le rythme à des danseuses traditionnelles.

Danses traditionnelles dans les rues de Potosi
Danseuses boliviennesEncore plus de couleurs dans les rues de Potosi !La fanfare donne le rythme aux danseuses boliviennes


Le temps file, déjà 17h passées, nous grimpons au sommet de l'église de la Compaña de Jésus d'où nous profitons d'une belle vue sur les toits de la ville, les autres églises et le Cerro Rico bien sûr.

Vue sur le Cerro Rico, la


La vue d'hier soir était sympa mais nous avons repéré une église d'où la vue sur le Cerro Rico doit être plus dégagée, et comme on adore les vues depuis les toits, c'est parti ce matin pour visiter l'église de San Francisco. Mais ce sont d'abord dans les bas-fonds, les catacombes que nous pénétrons. De nombreux crânes, dont quelques-uns d'enfants (à la présence inexpliquée) gisent ici, un endroit à vous glacer les os...

L'église San Francisco, à PotosiDu haut de cette église, vue magique assurée !Les catacombes de l'église San Francisco


Vite, quittons l'humidité pour retrouver le ciel toujours bleu qui domine Potosi... Nous marchons sur le toit de l'église jusqu'à atteindre le clocher, avec l'impression de tout voir de la ville sans que personne ne nous remarque, sensation géniale...

Grimpette au sommet de l'église San FranciscoSensation vertigineuse depuis les toits de Potosi !
Le plus beau lieu pour voir les toits de Potosi


Il n'y a pas photo, la vue sur les toits et le Cerro Rico vaut cent fois celle d'hier ! Ce moment restera le plus chouette de notre visite de Potosi, impossible d'oublier cette vue et cet instant où nous dominons cette ville minière à l'histoire mouvementée, cette ville magnifiquement adossée au pied des mines qui contribuent encore douloureusement à la nourrir comme nous le découvrirons en les visitant l'après-midi (cf.étape suivante).

Potosi et le Cerro Rico vus depuis les toits de l'église San Francisco
Potosi, ville baroque et coloréePotosi, l'une des plus belles villes de BolivieLa ''Torre''


Le lendemain il reste un bâtiment que nous voulons visiter avant de prendre le bus pour Uyuni, la "Casa de la Moneda", le plus grand et le plus important bâtiment civil colonial des Amériques. Ce bâtiment se visite exclusivement avec un guide et, coup de chance, nous tombons sur un groupe en français (que de français ici !) et recroisons un couple de français sympa qui étaient avec nous hier.

Visage emblématique de la ville de PotosiEntrée de la Casa de la MonedaLa Casa de la Moneda, le plus grand bâtiment civil colonial des Amériques
La Casa de la Moneda est aujourd'hui un muséeIntérieur de la Casa de la Moneda


Ce bâtiment, édifié au dix-huitième siècle nous intéresse car il est possible d'y observer la manière dont était frappée ici la monnaie jusqu'en 1909. De nombreuses pièces sont exposées ici en souvenir, souvenir seulement puisqu'aujourd'hui la monnaie bolivienne est fabriquée... en Espagne !

Quelques pièces de monnaie bolivienne qui furent frappées iciLa monnaie fut frappée ici jusqu'au début du vingtième siècle


Tout le matériel qui servait à frapper la monnaie est encore ici. Difficile d'imaginer que, jusqu'en 1869, ce sont des esclaves qui actionnaient du sous-sol les énormes engrenages de bois et machineries de presse qui frappaient la monnaie. Ils furent remplacés ensuite par des chevaux puis des machines à vapeur qui effectuèrent ce travail jusqu'en 1909.

Ces énormes machines, actionnées par hommes puis chevaux, servaient à frapper la monnaiePièces de collection de la Casa de la Moneda


La visite dure deux heures car ce bâtiment ne contient pas que ces pièces (les plus intéressantes) mais s'est transformé en immense musée depuis 1930. Meubles coloniaux, argenterie, pierres précieuses, il y a foule d'objets à regarder.

La Casa de la Moneda est aujourd'hui un muséeQuelques belles pièces... en argent bien sûr !Des pierres précieuses sont aussi exposées ici


Mais nous ne finirons pas la visite, il nous faut récupérer nos sacs et attraper un combi si nous voulons prendre le bus de 12h30 pour Uyuni, point de départ d'une excursion vers les plus beaux paysages boliviens que nous attendons avec beaucoup d'impatience...


Posté le 11/06/2008  -  Voir / cacher les commentaires Voir / cacher les commentaires [1]  -  Poster un commentaire Poster un commentaire  -  


Premire tape : Escale a New-York
tape prcdente : Le parc Cal Orck'o
tape suivante : Les mines de Potosi
Dernire tape : Lima et retour en France

 

  Photo aléatoire
Vue depuis le funiculaire qui mène au cerro San Cristóbal

Santiago
(Chili)

Lire l'étape

Recherche

 

Dernier Ajout

AMÉRIQUES 2007/2008 : Pérou - Posté le 10/10/2008

Lima et retour en France

Difficile de quitter l'océan et de monter dans le bus qui nous conduit à Lima, la capitale du pays. L'ambiance est à la nostalgie, l'heure du retour approche à grand pas et, si nous nous réjouissons pourtant à l'idée de revoir nos proches, il faut bien admettre que nous n'avons aucune envie de rentrer... Nous regardons les paysages défiler par la fenêtre alors que des émotions contradictoires nous envahissent : la sensation d'avoir vécu pleinement et jusqu'au bout cette aventure, l'envie de pro...

Lire la suite

Livre d'Or

Le 27/06/2017 à 13h05, Clemence a écrit :

"Bonjour,
Je souhaiterai vous joindre sur votre adresse mail mais cela ne fonctionne pas.
Y-a t-il un espoir que je puisse vous poser quelques questions sur votre voyages aux Ameriques via une autre adresse mail? :)

Merci ! "

Lire / Signer le livre d'or

PUBLICITÉ
Site validé par le W3C
© 2017 - La Tête Ailleurs - Tous droits réservés Accueil | Nos voyages | Photos | Infos pays | Avant le départ | Vie sur place | Qui sommes-nous ? | Livre d'or | Plan du site | Liens Site réalisé par CreationClic