La Tête Ailleurs... Le site de nos carnets de voyages, avec plein de photos, de conseils et d'informations pratiques
Les tapes
 
 
Nos voyages : les étapes illustrées de nos voyages, les itinéraires, ...Photos : toutes les photos prises durant nos voyagesInfos Pays : les cartes et plein d'infos sur la géographie, le climat, les langues, les religions, etc..., des pays visitésAvant le départ : plein de conseils sur les prépartifsVie sur place : toutes les informations pratiques et utiles pour quand vous y serezLiens : une série de liens utiles, classés par catégorie
accueil    qui sommes-nous ?   livre d'or   plan du site
 
 

Il y a actuellement 30 visiteurs sur le site !

 
Itinraire du voyage

Carte de l'itinraire

Pour plus d'infos sur notre itinraire lors de ce voyage, cliquez sur la carte

Nos Voyages

Choisissez un de nos voyages pour le vivre avec nous étape par étape, visualiser l'itinéraire, ...

 
Derniers Albums Photos

Les 4 derniers albums publiés sur le site :

Lima et retour en France
Pérou : Lima et retour en France

Paracas et les îles Ballestas
Pérou : Paracas et les îles Ballestas

L'oasis de Huacachina (Ica)
Pérou : L'oasis de Huacachina (Ica)

Nazca et environs
Pérou : Nazca et environs

 Tous les albums

Infos Pays

Des infos sur la géographie, le climat, un peu d'histoire, les langues, les religions ainsi que des cartes et bien d'autres choses sur les pays visités...

 
Vie sur Place

Vous voulez tout savoir sur le coût de la vie, les modes d'hébergement, les moyens de transport, de communications, la sécurité, l'argent, la santé, etc... dans les pays visités, avec plein d'exemples de prix ? C'est par ici !

 
Avant le départ

Tout sur les préparatifs de chaque voyage : les budgets, la préparation des itinéraires, les visas, les billets d'avion, les assurances, les vaccins, les trucs à ne pas oublier d'emporter ou de faire, etc etc...

 
  Le voyage

Argentine - 2 jours - Les 22 et 23 mai 2008


Les plateaux de la Puna et les Salinas Grandes


Dix heures, c'est parti pour cent km de piste caillouteuse sur la route 40 en direction des Salinas Grandes, deux heures de route à travers les plateaux de la Puna, des paysages montagneux et désertiques où vivent de nombreux lamas et vicunas et quelques rares personnes isolées dans leurs maisons de terre.

La route 40 d'Abra Pampa aux Salinas GrandesLes plateaux de la PunaLes premiers lamas !!!
Les vigognes sont bien plus sauvagesMaison isolée à l'orée des Salines GrandesLamas des plateaux de la Puna


Et puis le voilà ce désert de sel, depuis le temps que nous l'attendons ! Certes, on nous a bien prévenus que ces salines étaient incomparables avec celles du Salar d'Uyuni en Bolivie que nous verrons plus tard, mais qu'importe ! De grandes étendues de sel et de terre s'offrent à nous, à presque 4000m d'altitude...

Arrivée aux Salinas Grandes


Nous en rêvions depuis longtemps de ces paysages et les avons pour nous seuls, 80 km de désert de sel. Les lieux ont l'air secs, de nombreuses traces de voiture les traversent et nous avons vu sur le net des dizaines de photos de voitures sur ce désert, nous nous aventurons donc un peu plus loin.

Pour l'instant tout va bien...
... on profite de ces paysages de déserts de selDu sel en énorme quantité...


Ouais, mauvaise idée... Tout allait bien jusqu'à un énorme "splash"... Oh oh, la voiture s'est enfoncée d'un coup de plusieurs dizaines de centimètres à l'avant, jusqu'à la garde en fait. Et oui, cons de touristes, vous pouvez le dire... Forcément je m'énerve et je jure alors qu'Oliv est déjà en train de s'organiser. Nous récupérons des cartons et journaux dans nos sacs, de la toile de jute plus loin (tiens, nous ne sommes pas les premiers, d'énormes traces de patinage par là...), du bois et c'est parti pour une après-midi qui semble n'en plus finir...

Creuser à la main dans la glaise pour libérer les roues, glisser cartons et toile de jute dessous pour éviter le patinage, pousser, recommencer à zéro, creuser davantage, essayer d'arrêter des voitures (ouais, euh, pas grand monde, nous sommes très isolés ici et bien loin du côté plus touristique de ce désert de sel...), rien n'y fait et trois heures plus tard nous en sommes au même point sauf que nous sommes épuisés (les efforts à presque 4000m, c'est difficile...), plein de boue, morts de faim et dans une merde noire. Le soleil, la fatigue et la nuit qui promet d'être glaciale à cette altitude et qui approche, cette fois difficile de garder le sens de l'humour...

Ca se corse... de loin ça avait l'air sec !!!


Oliv continue tandis que je m'éloigne à pied pour tenter de trouver quelqu'un ou un téléphone. Je finis par tombe sur un motard qui habite dans un petit village pas loin et accepte, contre une petite somme d'argent, de revenir avec son fils, une pelle et des gros sacs de jute. Pendant plus d'une heure, nous creusons, poussons et jurons avec eux, rien n'y fait, nous avons tous de la glaise jusqu'aux genoux mais la voiture ne bouge pas. Comme ils disent, c'est déjà bien qu'elle ne s'enfonce pas plus, il ne manquerait plus que ça...

Au moins nous ne sommes plus seuls et partageons nos dernières bières en attendant des rescousses. Ils vivent non loin et leur travail consiste à extraire le sel de la saline. Il y a 15 jours, ils se sont mis à 14 pour soulever une camionette enlisée également nous disent-ils. Et, moins drôle, deux autres touristes ont mis quatre jours à sortir leur voiture ! Euh, on est pas trop pressés mais pour le coup ça ne nous fait pas trop rire...

Une voiture arrive mais, même en tirant, la voiture ne bouge pas, il faudrait un 4x4. Les locaux retournent voir au village et reviennent nous disent-ils. Les heures passent, la nuit et le froid tombent, personne... Nous enfilons des couches de vêtements, cherchons du bois en prévision d'un feu, sortons les sacs de couchage, inquiets mais prêts à passer la nuit là.

Enlisage aux Salinas Grandes, la tuile !!!Impossible de dégager la voiture et la nuit tombe...... et ça caille la nuit à presque 4000m d'altitude !!!


Ouf, enfin, des phares et en route pour le village... Celui-ci est minuscule mais les gens y sont d'une hospitalité incroyable. C'est à qui nous dégote un matelas, deux ou trois couvertures, un oreiller, nous amène vers l'épicière qui nous rouvre son petit magasin... et pour finir on nous ouvre la salle commune du village pour y dormir. Franchement ce sont des moments rares. Evidemment c'est sommaire (vous voulez pas du luxe non plus !) mais c'est énorme et d'une gentillesse à toute épreuve... Jusque tard dans la nuit, nombreux sont les habitants qui mine de rien viennent faire un tour devant notre porte pour échanger quelques sourires et quelques mots, intrigués par la lumière sans doute, avant d'aller raconter la nouvelle au voisin...

Ouf, on passe la nuit dans la salle commune d'un petit village à quelques kilomètres


C'est quand le prévisible laisse la place à l'imprévu que le vrai sens du voyage commence dit-on... Oui, malgré la fatigue, l'inquiétude pour la voiture, le froid et l'impossibilité d'aller aux toilettes (déjà il n'y en a pas mais surtout il y a un chien qui garde la porte et menace de nous attaquer si nous sortons... Et merci de ne pas rire, j'aimerais vous y voir !), c'est une expérience unique d'être au milieu des habitants de ce petit village de San José de Pozo Colorado.


La nuit est difficile mais le soleil finit par revenir et nous réchauffe doucement alors que nous repartons vers la voiture avec deux personnes du village le lendemain matin. Ce ne sont pas les mêmes que la veille et nous les sentons moins serviables, ils nous parlent tout de suite prix. Bien sûr c'est normal, nous leur proposons une somme plus que correcte et c'est reparti pour glisser des planches de bois sous la voiture...

Le lendemain, c'est toujours la cata...On creuse, on pousse, on tire, rien n'y fait...Des heures à creuser à 4000m d'altitude, on en peut plus...


On se démène tous pendant plus de deux heures mais impossible, il faudrait plus de matériel et surtout plus de monde pour la soulever. L'un des deux homme en a marre (compréhensible, ça fait 4 fois qu'il perd sa chaussure dans la boue...) et s'en va. Nous demandons au deuxième s'il peut revenir avec le 4x4, des planches et surtout beaucoup plus de monde pour lever la voiture, en lui disant bien qu'on peut payer chaque personne. Ok nous dit-il sauf qu'il revient seul avec de rares planches et sans 4x4... et s'énerve dès que nous faisons signe d'arrêter une voiture.

Apparemment il souhaite vraiment y arriver seul et ainsi gagner plus d'argent (le village est très pauvre) qu'en partageant avec d'autres. Nous le comprenons bien mais avec sa technique de lever la voiture des quatre côtés avec une barre à mine (et oui...) elle a déjà reçu un coup sévère dont il nous faudra payer les réparations, il est déjà bientôt 17h et nous sommes physiquement à bout, ça fait des heures qu'on se démène dans la boue au soleil en sachant pertinnement cela inutile à trois. Nous comprenons pourquoi les autres sont restés quatre jours... et commençons à parler d'appeler une vraie dépanneuse (euh, si ça existe...).

Il nous réaffirme qu'il n'y a personne au village pour venir (alors que plusieurs personnes nous ont proposé leur aide hier !), mais finalement, après avoir parlé de nouveau argent, en cinq minutes ils reviennent à cinq (il n'y avait personne ou pas assez d'argent ?) et à force de pousser et tirer comme des forcenés ça y est, la voiture est sortie, on respire !!!

Enfin, après plus de 30h, ça y est !Merci les gars !Enfin c'est terminé !
Victoire !


Nous sommes épuisés mais enfin soulagés, quelle aventure... Certes la voiture est abîmée, on est dans un sale état, quelque peu énervés d'y avoir de nouveau passé la journée alors qu'il suffisait d'une heure à plusieurs, mais qu'est-ce-que ça fait du bien d'être tirés de là, on y croyait plus et on se voyait mal appeler l'agence de location pour leur expliquer la situation !

Si nous avons laissé une forte somme d'argent aux gens d'ici et avons parfois eu le sentiment d'une aide intéressée, il n'en reste pas moins que l'hospitalité de la veille était sincère, certains échanges désinteréssés (les femmes du village, les deux premières personnes qui ont refusé l'argent promis) et que leur aide nous était précieuse... En tout cas nous étions bien contents de les trouver, alors simplement, merci !

Nous nous changeons, respirons et prenons enfin le temps de les voir, ces Salines Grandes...

Les Salinas Grandes s'étendent sur plus de 80 km Une fois changée, ça va mieux !
Premiers déserts de sel, c'est beau !Salinas Grandes


Il est 16h, nous serons restés bloqués plus de 30h ici... San Antonio de las Cobres est à plus de deux heures de piste, il ne faut pas trainer si nous voulons y arriver avant la nuit, pas trop le temps de profiter des paysages. La voiture est dans un état lamantable, de la boue même à l'intérieur, c'est la cata, sans parler de nos habits complètement troués et chaussures qui ne sont plus qu'un tas de boue, obligés de ressortir les tongues (malgré le froid), ce qui fera bien marrer pendant deux jours les gens que nous croiserons ! Allez, le ridicule ne tue pas...

L'état de la voiture après notre mésaventure...En route vers San Antonio de Los CobresCimetière isolé


San Antonio de las Cobres possède des restaurants et des hospedajes bon marché avec de l'eau chaude et même le chauffage, le luxe... Cette fois enfin nous pouvons nous effondrer...


Posté le 27/05/2008  -  Voir / cacher les commentaires Voir / cacher les commentaires [2]  -  Poster un commentaire Poster un commentaire  -  


Premire tape : Escale a New-York
tape prcdente : La lagune de Pozuelos
tape suivante : La route des Nuages (de San Antonio à Salta)
Dernire tape : Lima et retour en France

 

  Photo aléatoire
... mais nous offre de superbes vues sur Granda, les Isletas et le lac du Nicaragua

Les volcans Masaya et Mombacho
(Nicaragua)

Lire l'étape

Recherche

 

Dernier Ajout

AMÉRIQUES 2007/2008 : Pérou - Posté le 10/10/2008

Lima et retour en France

Difficile de quitter l'océan et de monter dans le bus qui nous conduit à Lima, la capitale du pays. L'ambiance est à la nostalgie, l'heure du retour approche à grand pas et, si nous nous réjouissons pourtant à l'idée de revoir nos proches, il faut bien admettre que nous n'avons aucune envie de rentrer... Nous regardons les paysages défiler par la fenêtre alors que des émotions contradictoires nous envahissent : la sensation d'avoir vécu pleinement et jusqu'au bout cette aventure, l'envie de pro...

Lire la suite

Livre d'Or

Le 27/06/2017 à 13h05, Clemence a écrit :

"Bonjour,
Je souhaiterai vous joindre sur votre adresse mail mais cela ne fonctionne pas.
Y-a t-il un espoir que je puisse vous poser quelques questions sur votre voyages aux Ameriques via une autre adresse mail? :)

Merci ! "

Lire / Signer le livre d'or

PUBLICITÉ
Site validé par le W3C
© 2017 - La Tête Ailleurs - Tous droits réservés Accueil | Nos voyages | Photos | Infos pays | Avant le départ | Vie sur place | Qui sommes-nous ? | Livre d'or | Plan du site | Liens Site réalisé par CreationClic