La Tête Ailleurs... Le site de nos carnets de voyages, avec plein de photos, de conseils et d'informations pratiques
Les tapes
 
 
Nos voyages : les étapes illustrées de nos voyages, les itinéraires, ...Photos : toutes les photos prises durant nos voyagesInfos Pays : les cartes et plein d'infos sur la géographie, le climat, les langues, les religions, etc..., des pays visitésAvant le départ : plein de conseils sur les prépartifsVie sur place : toutes les informations pratiques et utiles pour quand vous y serezLiens : une série de liens utiles, classés par catégorie
accueil    qui sommes-nous ?   livre d'or   plan du site
 
 

Il y a actuellement 17 visiteurs sur le site !

 
Itinraire du voyage

Carte de l'itinraire

Pour plus d'infos sur notre itinraire lors de ce voyage, cliquez sur la carte

Nos Voyages

Choisissez un de nos voyages pour le vivre avec nous étape par étape, visualiser l'itinéraire, ...

 
Derniers Albums Photos

Les 4 derniers albums publiés sur le site :

Lima et retour en France
Pérou : Lima et retour en France

Paracas et les îles Ballestas
Pérou : Paracas et les îles Ballestas

L'oasis de Huacachina (Ica)
Pérou : L'oasis de Huacachina (Ica)

Nazca et environs
Pérou : Nazca et environs

 Tous les albums

Infos Pays

Des infos sur la géographie, le climat, un peu d'histoire, les langues, les religions ainsi que des cartes et bien d'autres choses sur les pays visités...

 
Vie sur Place

Vous voulez tout savoir sur le coût de la vie, les modes d'hébergement, les moyens de transport, de communications, la sécurité, l'argent, la santé, etc... dans les pays visités, avec plein d'exemples de prix ? C'est par ici !

 
Avant le départ

Tout sur les préparatifs de chaque voyage : les budgets, la préparation des itinéraires, les visas, les billets d'avion, les assurances, les vaccins, les trucs à ne pas oublier d'emporter ou de faire, etc etc...

 
  Le voyage

Argentine - 6 jours - Du 27 au 31 mars 2008 et le 06 Avril 2008


Buenos Aires


C'est un air de tango dans la tête et la musique au coin des lèvres que nous arrivons à Buenos Aires après 14 h de bus (au lieu des 12 prévues à cause des blocus mis en place par des grévistes sur la route cette nuit), curieux de découvrir cette ville qui donna naissance à la danse la plus sensuelle et troublante qui soit. Cette dernière arriva ici à la fin du dix-neuvième siècle en même temps que les immigrants, à cette époque où le tango se dansait entre hommes seuls, dans une virilité ambigüe et rejetée par les classes bourgeoises, entre hommes bersés par la nostalgie de leur pays et l'espoir de réussite sociale qui leur permit de rencontrer et posséder une femme.

Et cette nostalgie, cette mélancolie, ces rêves, cette époque révolue hante encore les rues de Buenos Aires, notamment celles de certains quartiers où le tango jaillit d'un coup et envahit la rue, même si c'est sous une forme moins spontanée et enfièvrantre qu'auparavant... Aujourd'hui, c'est sûr, le tango n'est plus l'essentiel de cette ville tentaculaire, il y survit seulement sous une forme touristique, dépassé par cette ville caméléon, moderne, développée, ville d'apparence très européenne dans son architecture et les origines de ses habitants.

Ayant beaucoup de temps avant notre prochain vol pour la Patagonie, nous passerons plusieurs jours ici à nous faire une idée de cette capitale de 3 millions d'habitants (14 pour la zone métropolitaine) qui regroupe 75 % des richesses du pays. Durant quelques jours, nous adoptons un rythme cool cool : réveil vers onze heures ou midi, petit déjeûner dans l'un des nombreux cafés bistrots en terrasse, visite des quartiers à pieds pour se laisser imprégner de l'ambiance jusque tard le soir.

Nous voici tout d'abord au centre, quartier proche de l'hôtel où nous logeons. Des grandes avenues, beaucoup de monde dans les rues, des dizaines de bistrots et des terrasses bondées, le bruit incessant de la circulation, des vieux bâtiments de style européen, le dépaysement n'est pas vraiment au rendez-vous ici, on pourrait presque se croire dans une capitale européenne !

L'avenida de Mayo, très centrale, est bordée de superbes vieux bâtiments
Le café Tortoni, un lieu mythique dans le monde du tango


Mais le coeur de la ville n'en reste pas moins agréable, au contraire, et révèle autour de la Plaza de Mayo de très beaux bâtiments, souvent écrasant par leur taille.

La plaza de MayoSur cette place historique se déroulent toutes les manifestations populaires argentinesComme en témoignent ces grafitis...
... et ses barricades !


Non loin se dresse la cathédrale Métropolitana, qui semble peu imposante de l'extérieur mais dévoile un intérieur magnifique. La musique qui y est diffusée rajoute à l'ambiance de recueillement et de dévocion qui y règne, notamment autour du mausolé du général don José San Martín, le libérateur de l'Argentine, ou d'autres vierges et saints comme Santo Cristo de Gran Amor, le saint partron des footballeurs !

La cathédrale de Buenos Aires et son architecture bien particulière
Le Saint le plus vénéré ici : Santo Cristo de Gran Amor, le saint patron des footballeurs !


La Casa de Gobierno, surnommée très justement Casa Rosada, qui abrite le siège du gouvernement, est extrêmement surveillée par les policiers en raison du trouble qui agite la capitale en ce moment, de nombreuses manifestations sociales et grèves se déroulant dans tout le pays depuis trois semaines.

La Casa Rosada, le siège du gouvernement et palais présidentiel


Au gré des rues bordant cette place, nous découvrons une ville grouillante, animée, vivante, où se côtoient superbes bâtiments coloniaux et buildings ultrarécents ! Si le tout crée un mélange un peu déroutant, il fait bon flâner parmi les bâtiments d'époque, superbes, parfois transformés en pharmacies ou en librairies à l'intérieur desquelles s'entreposent depuis des décennies de beaux livres reliés.

La plus vieille pharmacie de Buenos Aires a conservé son caractère d'autrefois
Le Congreso National, siège du Sénat et du Parlement


Plus tard, nous nous dirigeons vers les quais de Puerto Madero, l'un des quartiers le moins peuplé et comptant parmi les plus riches de Buenos Aires, quartier qui a été complètement réhabilité en 1988 à coup de millions de dollards. Effectivement, difficile en se balladant ici de croire qu'il s'agissait de l'un des lieux les plus désafectés et dangereux de la ville ! Tout y est désormais neuf et clinquant, mais l'ambiance chic branchée et très calme qui y règne ne nous plaisant pas réellement, nous ne nous y attardons pas.

Récemment mis en valeur, le quartier de Puerto Madero a conservé ses allures de quaisLe F. Sarmiento, vieux bateau-école argentin, est aujourd'hui reconverti en musée


Buenos Aires, c'est un nombre infini de quartiers, un vrai puzzle, un labyrinthe qui nous entraîne chaque jour vers une vision différente et complémentaire de cette mégalopole vivante... Au programme de ce nouvel après-midi, direction l'Obelisco, situé au centre de l'avenue 9 de Julio, l'avenue la plus large du monde avec ses 125 mètres, impressionnant !

L'avenue du 9 Juillet, l'avenue la plus large du monde avec ses 125 mètres !Au centre de l'avenue trône une immense obélisque


Nous y attrapons un taxi (très pratique et bon marché ici) direction le quartier chicos de Recoleta, quartier rassemblant les boutiques de luxe et les bars tendances (aux prix qui flambent !). Au parc Francia s'y tient aujourd'hui un sympathique marché d'artisanat que nous parcourons tout en rejoignant l'église Nuestra-Senora-del-Pilar, qui, au dix-neuvième siècle, servit de refuge aux indiens infidèles au gouvernement.

Recoleta
A l'église à côté du cimetière, un meuble offert par la Couronne d'Espagne contient les restes de trois SaintsL'ambassade du BrésilL'ambassade de France, le seul bâtiment de la rue à avoir survécu à la percée de l'avenue du 9 Juillet


Autre lieu chargé d'histoire, le cimetière Recoleta, considéré un peu comme le "Père-Lachaise latino-américain". Immense, il abrite des centaines de caveaux de familles tous plus luxueux et imposants les uns que les autres, caveaux recueillant les dépouilles de nombreux personnages célèbres de la ville.
Parmi eux figure le tombeau d'Eva Péron, un lieu émouvant ou de nombreux fidèles viennent se recueillir et déposer des fleurs. Il faut dire que cette femme d'origine plus que modeste, qui fut la femme du président Péron, est devenue et restée par la suite un véritable symbole en Argentine. Révolutionnaire, entière, ne mâchant pas ses mots (elle déclara entre autre : "la violence aux mains du peuple n'est pas la violence, mais la justice"), assoiffée de justice, emblême du peuple, elle consacra toute sa vie à défendre les plus pauvres et combattre l'injustice sociale, convaincant son mari de faire passer d'importantes réformes sociales. Elle mourut d'une leucémie en 1952, âgée de 30 ans à peine.

L'entrée du cimetière de RecoletaHabritant les tombeaux des personnages connus et influents de la ville, ce cimetière est un peu le Père-Lachaise argentinLes nombreuses allées accueille des tombeaux plus majestueux les uns que les autres
CMais la tombe la plus visitée est sans aucun doute celle d'Eva Peron, la célèbre EvitaDe nombreuses personnes viennent poser des fleurs et des plaques sur le tombeau familial


Boutiques de luxe s'étendent dans tout ce quartier que nous parcourons à pied pour rejoindre le théatre Colón, théâtre qui compte parmi les opéras les plus fastueux du monde. Même si nous ne pouvons entrer à l'intérieur pour cause de travaux, on le croit aisément rien qu'à en voir la façade !

Le somptueux théatre Colon


Puis une marée humaine nous encercle subitement, tous les habitants et gens de passage à Buenos Aires semblent s'être donné rendez-vous dans les rues commerçantes que sont Florida, Lavalle ou Corrientes... Que de monde ici, mais l'ambiance est bonne enfant dans ces rues bordées de boutiques, de bars engageants et emplies d'airs de tango qui fusent des magasins de disques qui entretiennent la légende. Au centre, un immense centre commercial détonne par son architecture. Boutiques et restaurants s'étendent à l'intérieur de ce superbe monument de style européen vraiment réussi avec son immense coupole ornée de fresques qui tranchent avec le style de l'endroit. Surprenant !

L'avenue Florida, artère très commerçante et touristique de Buenos AiresC'est bondé en cette fin d'après-midi !La Galerias Pacifico, un des plus beaux centres commerciaux du monde


Café croissant en terrasse sous un temps sublime ce matin, le top... Puis direction la Boca, sûrement le quartier le plus kitch, coloré, chargé d'histoire, surprenant, intéressant et touristique de la ville !!! Sur quelques rues à peine s'étendent des façades peintes de toutes les couleurs, les plus flashs qui soient, sans soucis apparent de l'effet d'ensemble. Et, paradoxalement, c'est grâce à cela qu'il s'en dégage un charme bohème étrange, une impression de vie dans un quartier très pauvre, une harmonie parmi le confusion apparente... Malheureusement, l'esprit qui devait règner ici a disparu, l'endroit est aujourd'hui envahi de centaines de touristes et de magasins de souvenirs à foison, et, dans un si petit espace, on se sent presque oppréssés.

La Boca, le quartier le plus touristique de la ville !
La Boca se veut le quartier du tango (même si c'est plutôt San Telmo en réalité)


Ne reste plus qu'à faire abstraction de cela et imaginer... Imaginer la fièvre qui a dû régner ici à l'époque où tous les habitants de ce quartier très pauvre, portés par le peintre Quinquela Martín qui grandit ici, décidèrent de peindre les murs d'une nouvelle école pour la rendre moins triste. Chacun amena un vieux fond de peinture, personne n'avait la même couleur, mais l'important etait là, mettre de la couleur et avec elle amener de la joie dans ce quartier insalubre et misérable.

A La Boca, les maisons affichent les couleurs les plus vives !


Ainsi les couleurs prirent vie, chacun y allant de son coup de pinceau. Puis les habitants, aimant le résultat, se mirent ensuite à peindre leurs maisons de bois et de tôle, et la rue Caminito s'emplit ainsi d'une gaieté naïve qui aida à combattre la tristesse quotidienne. Dans les années 1970, les habitants de ce quartier reçurent l'autorisation de montrer leurs oeuvres artistiques dans la rue, et leur talent et l'histoire de ce quartier particulier entraîna ici de plus en plus de monde.

Les bars à touristes sont pleins à craquer
Autre spécificité de la Boca, ces mannequins de personnages célèbres aux fenêtres !


La rue Caminito est aujourd'hui envahie de monde, comme tous les jours. N'empêche, le charme est toujours là, l'histoire résonne en nous et le tango, s'il est destiné aux touristes, n'en reste pas moins un spectacle envoûtant d'une danse sensuelle ouvrant tous les possibles et offrant toutes les promesses. "Caminito", l'un des airs de tango les plus célèbres qui prit naissance ici, se joue encore et résonne dans les esptrits... Et puis, pour se laisser emporter, il suffit d'observer les danseurs, leurs pieds qui s'entrelacent, les corps qui s'emmêlent et dévoilent tristesse, nostalgie, déchirement, tragédie, frénésie et joie de vivre en un seul mouvement langoureux et qui semble infini...

Et pour attirer les touristes, c'est spectacle de tango devant chaque bar !


C'est sûr, l'esprit du tango, cette "pensée triste qui se danse", flotte encore dans Buenos Aires... notamment à San Telmo, le quartier où il vit le jour et où cet art est le plus mis en avant aujourd'hui. Bars plus ou moins informels ou cabarets proposant de véritables shows professionnels s'y côtoient en grand nombre, offrant aux touristes de passages, certainement, un spectable de qualité. Nous hésitons à nous y rendre, allons nous faire une idée en observant les belles devantures de ces célèbres établissements comme le Bar Sur ou l'El Viejo Almacén mais, outre les questions de prix, peut-être préférons-nous garder de cette danse l'image floue, langoureuse et informelle que nous en avons chacun dans nos têtes, et ne pas la figer dans un spectacle, ayant peur peut-être d'être déçus ou que cela ne laisse en nous une image du tango différente de celle que nous voulons en garder...

Pour nous, ce sera donc simplement grâce à l'imagination, au rêve et à la nostalgie, accompagnés par les démonstrations spontanées que nous offrent quelques danseurs dans les rues du quartier de San Telmo, que nous ferons revivre le tango de Buenos Aires...

Un des bars mythiques du tango à Buenos Aires
Une petite démonstration de tango sur la place Dorrego
Le Bar Sur, un autre lieu célèbre du tanfo


Argentins et voyageurs se côtoient ici en ce dimanche, jour de la feria de San Telmo, un gigantesque marché au puce. Si ce quartier est celui du tango, c'est aussi celui des antiquaires et des brocanteurs, les nombreux magasins ne nous permettent pas de l'oublier ! L'ambiance est agréable, vivante et animée, invitant à la flânerie sous le soleil et, plus nous découvrons Buenos Aires, plus nous apprenons à apprécier cette ville caméléon.

La rue Defensa, encore une artère très vivante de Buenos Aires
San Telmo est aujourd'hui le quartier des antiquairesTous les dimanches, sur la Plaza Dorrego, se tient une brocante attirant les foulesOn y trouve vraiment tout et n'importe quoi !


Le lendemain, journée farniente et consacrée à quelques détails pratiques qui existe toujours en voyage : laverie, internet, préparation de la suite de l'itinéraire, d'un colis... avant de partir les jours suivants à la découverte des environs depuis Retiro, un vieux quartier qui porte décidement bien son nom puisque c'est ici que sont rassemblés les gares routières, ferrovières et les terminaux des ferrys pour l'Uruguay.

La gare ferrovière de Buenos Aires, dans le quartier de RetiroLa Torre Monumental de los Ingleses, reproduction version réduite de Big Ben et offerte par les Anglais pour l'anniversaire de l'Indépendance argentine



Posté le 31/03/2008  -  Voir / cacher les commentaires Voir / cacher les commentaires [1]  -  Poster un commentaire Poster un commentaire  -  


Premire tape : Escale a New-York
tape prcdente : Posadas et la mission jésuite de San Ignacio
tape suivante : Les environs de Buenos Aires
Dernire tape : Lima et retour en France

 

  Photo aléatoire

Santa Elena et environs
(Costa Rica)

Lire l'étape

Recherche

 

Dernier Ajout

AMÉRIQUES 2007/2008 : Pérou - Posté le 10/10/2008

Lima et retour en France

Difficile de quitter l'océan et de monter dans le bus qui nous conduit à Lima, la capitale du pays. L'ambiance est à la nostalgie, l'heure du retour approche à grand pas et, si nous nous réjouissons pourtant à l'idée de revoir nos proches, il faut bien admettre que nous n'avons aucune envie de rentrer... Nous regardons les paysages défiler par la fenêtre alors que des émotions contradictoires nous envahissent : la sensation d'avoir vécu pleinement et jusqu'au bout cette aventure, l'envie de pro...

Lire la suite

Livre d'Or

Le 27/06/2017 à 13h05, Clemence a écrit :

"Bonjour,
Je souhaiterai vous joindre sur votre adresse mail mais cela ne fonctionne pas.
Y-a t-il un espoir que je puisse vous poser quelques questions sur votre voyages aux Ameriques via une autre adresse mail? :)

Merci ! "

Lire / Signer le livre d'or

PUBLICITÉ
Site validé par le W3C
© 2017 - La Tête Ailleurs - Tous droits réservés Accueil | Nos voyages | Photos | Infos pays | Avant le départ | Vie sur place | Qui sommes-nous ? | Livre d'or | Plan du site | Liens Site réalisé par CreationClic