La Tête Ailleurs... Le site de nos carnets de voyages, avec plein de photos, de conseils et d'informations pratiques
Les tapes
 
 
Nos voyages : les étapes illustrées de nos voyages, les itinéraires, ...Photos : toutes les photos prises durant nos voyagesInfos Pays : les cartes et plein d'infos sur la géographie, le climat, les langues, les religions, etc..., des pays visitésAvant le départ : plein de conseils sur les prépartifsVie sur place : toutes les informations pratiques et utiles pour quand vous y serezLiens : une série de liens utiles, classés par catégorie
accueil    qui sommes-nous ?   livre d'or   plan du site
 
 

Il y a actuellement 24 visiteurs sur le site !

 
Itinraire du voyage

Carte de l'itinraire

Pour plus d'infos sur notre itinraire lors de ce voyage, cliquez sur la carte

Nos Voyages

Choisissez un de nos voyages pour le vivre avec nous étape par étape, visualiser l'itinéraire, ...

 
Derniers Albums Photos

Les 4 derniers albums publiés sur le site :

Lima et retour en France
Pérou : Lima et retour en France

Paracas et les îles Ballestas
Pérou : Paracas et les îles Ballestas

L'oasis de Huacachina (Ica)
Pérou : L'oasis de Huacachina (Ica)

Nazca et environs
Pérou : Nazca et environs

 Tous les albums

Infos Pays

Des infos sur la géographie, le climat, un peu d'histoire, les langues, les religions ainsi que des cartes et bien d'autres choses sur les pays visités...

 
Vie sur Place

Vous voulez tout savoir sur le coût de la vie, les modes d'hébergement, les moyens de transport, de communications, la sécurité, l'argent, la santé, etc... dans les pays visités, avec plein d'exemples de prix ? C'est par ici !

 
Avant le départ

Tout sur les préparatifs de chaque voyage : les budgets, la préparation des itinéraires, les visas, les billets d'avion, les assurances, les vaccins, les trucs à ne pas oublier d'emporter ou de faire, etc etc...

 
  Le voyage

le de Pques - 8 jours - Du 27 avril au 04 mai 2008


L'île de Pâques


Voler avec la compagnie LAN Chile, c'est le top : un avion confortable, de la bonne nourriture et même des films en français ! Tant mieux puisque de toute façon nous n'avons pas eu le choix, c'est la seule compagnie qui assure des vols vers l'île de Pâques. Au vu des prix des vols retours disponibles, nous y resterons une bonne semaine, soit bien plus longtemps que prévu au départ, mais cela ne nous dérangera pas tant la découverte de cette île est passionnante.

L'île de Pâques et ses centaines de moai, une destination bien énigmatique... Après 5h de vol, nous approchons de cette île minuscule (23km sur 12km !), l'une des plus éloignée au monde de toute terre habitée puisque située à plus de 3760km de Santiago et 4100km de Tahiti. Nous distinguons ses grandes étendues vertes, ses côtes déchiquetées et certains des volcans, aujourd'hui éteints, qui la créérent.

Voilà enfin l'île de Pâques, l'île la plus isolée du mondeD'avion, on voit bien la forme triangulaire de l'île de Pâques
Vu depuis l'avion, le volcan Rano Raraku nous attire déjàLe petit aéroport d'Hanga RoaOn est tout de suite dans l'ambiance !


Ce qui fait la beauté et le mystère de cette île et nous a attiré jusqu'ici, ce sont avant tout son isolement et les moai qui l'habitent bien sûr, mais également l'absence de certitude sur son histoire, puisque la mort des Maori rango rango (suite à leur déportation en 1863) a provoqué la perte définitive de la connaissance du passé de l'île. Peut-être les premiers habitants arrivèrent-ils des îles Marquises il y a 1500 ans, mais, même si l'on parle souvent d'un roi, Hotu Matu'a, qui aurait débarqué sur l'île avec ses six fils, rien n'est sûr... Une île où rien n'est que suppositions, rêves et fantasmes, gardée par des moai qui la veillent en sentinelles fidèles.

A l'aéroport, plus qu'à choisir une hospedaje parmi celles des propriétaires qui se pressent pour nous convaincre de les suivre. Nous optons pour une petite pension familiale en plein centre et découvrons ainsi Hanga Roa, l'unique ville de l'île qui rassemble la majorité des habitants (3500 seulement !). Ils sont nombreux à vivre du tourisme et leur accueil, quoiqu'assez distant, nous met à l'aise. En fait, Hanga Roa ressemble plutôt à un gros village simple et agréable, situé à quelques centaines de mètres de la mer. Vers le petit port, nous découvrons les premières statues, statues non originales mais sculptées lors des concours annuels qui affrontent les meilleurs sculpteurs de l'île.

Le petit ''port'' d'Hanga RoaNos premiers moai, devant le portLe cimetière d'Hanga Roa et ses dernières demeures avec vue sur la mer !
L'ahu Tahai est tout proche du villageSur la côte d'Hanga Roa s'alignent de nombreuses sculptures qui n'ont rien d'anciennesChaque année, un concours de sculpture a lieu ici


Longuemment, nous observons la mer et ses vagues fracassantes qui se jettent contre les rochers, nous ne nous rappelons pas en avoir jamais vu d'aussi énormes ! Mais comment font ces surfeurs pour éviter les rochers ???

Le temps change très vite ici, mais les averses sont très localiséesLes belles vagues du Pacifique sont bien réelles à l'île de Pâques...
... ce qui fait le bonheur des surfeurs locaux


Les moai, visibles au loin, nous attirent, il est tant de les approcher enfin... Ces statues fascinent, intriguent, questionnent... et c'est à pied que nous allons à la rencontre des premières d'entre-elles, celles de l'ahu (nom des plate-formes cérémonielles qui supportent les moais) Tahai. Face à nous, des statues imposantes qui, comme presque toutes et pour une raison inconnue, tournent le dos à la mer. Une seule certitude, elles furent construites par différentes tribus entre l'an 800 et l'an 1700. Plus de 700 moai furent ainsi érigés, un travail colossal quand on voit le souci des détails, la taille et le poids de ces statues ! Chacune des tribus construisait ses propres moai, leur donnant différents visages et formes selon les ancêtres fondateurs qu'ils personnifiaient. Une fois érigés, ils avaient pour mission de protéger durablement leurs descendants, de veiller sur eux.

Une habitation indienne a été restaurée sur le site de l'ahu Tahai


L'une des trois plate-formes qui compose cet ahu nous intrigue particulièrement car elle supporte un moai solitaire, le Ko To Riku, le seul de l'île qui possède encore ses yeux (tous les autres ayant été arrachés puis jetés à la mer par des ennemis). Ces yeux de corail, dont l'iris est en obsidienne, représentaient le visage vivant d'un ancêtre particulier qui pouvait alors, à travers eux, protéger ses descendants.

L'ahu Tahai possède le seul moai complet (restauré) de l'île. Impressionnant !


Les moai sont ainsi dispersés sut toute l'île et le mieux, pour les approcher dans le calme et à son rythme, est de louer une voiture ou un scooter. En effet, si l'île est petite, il n'est cependant pas aisé de rejoindre la majorité des sites à pieds. Nous optons pour une voiture que nous garderons trois jours (faisable aussi en scooter quoique certaines routes ne soient pas goudronnées et parfois un peu dangereuses). Bien sûr, il est possible de visiter l'île plus rapidement (en 2 jours, tranquillement, puisqu'on fait le tour en une heure de voiture !), mais nous avons du temps et décidons d'en profiter pour rester longuemment sur les sites, pouvoir les explorer tous et y revenir lorsque la lumière est différente, marcher, profiter de la plage... Pour plus de clarté, nous vous proposons des photos des sites les uns après les autres, même si en fait nous y sommes souvent retournés plusieurs fois !


C'est parti sur les pistes en terre, et notre première impression est que cette île est quasi inhabitée dès que l'on quitte Hanga Roa : personne mis à part des centaines de chevaux en liberté ! L'île est très verte, les chemins souvent en terre (vive le 4x4) et c'est un immense sentiment de liberté qui nous envahit... La fraicheur de la mer, le vent, le soleil, le silence, les prairies, le mystère et la magie des moai présents partout et que nous observons parfois dans une solitude totale, une grande bouffée d'oxygène et d'air pur... Beaucoup des moai, tels ceux de l'ahu Vinapu ou les huit statues qui composent l'ahu Hanga Te'e, sont tombés et n'ont pas été relevés, restant figés face contre terre.

A l'ahu Vinapu, les moai sont malheureusement à terre et brisésLa quasi-totalité de l'île est recouverte de prairies où paissent de nombreux chevauxBons nombres de moai ne sont jamais arrivés à destination et restent isolés dans les champs
L'ahu Hanga Te´e devant la merL'ahu Hanga Te´e et ses moai alignés face contre terreLorsque James Cook débarqua dans cette baie en 1774, les moai étaient encore debouts


L'un des plus grands moai de l'île, l'ahu Ura Uaranga Te Mahina, qui atteignait 10m de haut avec son pukao (chapeau de pierre rouge, sorte de chignon que portent beaucoup de moai), est également renversé à terre. La majorité des moai ont été érigés près de la côte, mais pourquoi ? Pour repousser d'éventuels ennemis venant des mers ? Pouquoi ne faisaient-ils pas face à la mer ? Les Pascuans en avaient-ils peur ?

La côte sud de l'île de Pâques est sauvagement belleUne grotte présentant des vestiges d'habitation
Les moai de l'ahu Akahanga


Certains moai, tombés lors du trajet, ne sont jamais arrivés jusqu'à leur destination. Ils sont nombreux ainsi, isolés à différents endroits de l'île, cassés, âbimés par le temps et la terre, simple tas de pierres énigmatiques laissés là, parmi les prairies et les chevaux qui broutent juste à côté.

On trouve toute sorte d'icônes plus ou moins contemporaines sur l'île
Sur l'île de Pâques, pas d'arbres mais des moai et des chevaux !


Les plus majestueux et les plus beaux sont certainement ceux regroupés sur le volcan Rano Raraku. C'est ici, dans cette roche, que furent sculptés la majorité des moai de l'île. Sur les pentes du volcan, plusieurs centaines de statues parfois inachevées semblent nous fixer. Couchées, droites, penchées, à terre, à peine commencées ou finies déjà, ces centaines de moai témoignent de la détermination des tribus à vénérer leurs ancêtres.

Nous arrivons à la carrière de Rano RarakuLe volcan Rano RarakuLe volcan Rano Raraku servit de carrière à presque tous les moai
397 statues se trouvent sur les flancs du volcan !!!Beaucoup n'ont pas été achevéesCertains moai sont tombés face contre terre


Elles étaient construites ici à l'aide de pics et de haches polies de basalte, sculptées directement dans la roche ou à l'intérieur de grottes crées artificiellement. Commençaient alors des mois de labeur : d'abord était taillée la face, puis le dos et pour finir une rampe de lancement destinée à être brisée lorsque le moai était prêt à être transporté.

Peut-être le plus beau site de l'île de Pâques...


Quelle patience, quel travail... les tribus entraient en compétition pour construire les plus beaux et les plus grands moai, ainsi le plus grand sculpté (mais jamais transporté) mesure plus de 21m et pèse 180 tonnes !

Sentinelles fixant l'horizon...
Les Pascuans commençaient par sculpter la tête...
Mais comment transportaient-ils ces géants de pierre ???
Certains moai ne sont jamais sortis entièrement de terre


Le site est magnifique, nous y passons plusieurs heures et y reviendrons trois ou quatre fois en trois jours, pour l'admirer notamment à la lumière du matin, à l'heure où nous l'avons pour nous seuls...

Chaque moai personnifiait un ancêtre


Nous grimpons au centre du cratère, où sont également figées des centaines de statues souvent inachevées, certaines dont le nez dépasse à peine de terre ! Le fait que ces statues n'aient pas eu le temps d'être terminées et déplacées laisse supposer que la fin du culte des moai fut fulgurante. Rien de sûr quant aux causes : peut-être un renversement du pouvoir royal des Miru et avec lui du culte des moai, ou une longue série de cataclysmes naturels (tsunami, sécheresse) qui aurait poussée les tribus à délaisser ces ancêtres protecteurs inefficasses... Quoiqu'il en soit, ils demeurent gardiens des lieux et leur mystère les rend plus envoûtants encore.

Le plus grand moai mesure plus de 21m et pèse plus de 160 tonnes !Rares sont les moai terminés sur ce site


Les lieux sont très beaux, entre le cratère et les chevaux s'y baignant prudemment. Ce site nous donne à méditer sur la notion de patience et de persévérance. Car il fallait non seulement les construire, ces moai protecteurs, mais également les transporter, la plupart pesant plusieurs dizaines de tonnes. Un casse-tête d'imaginer comment les Pascuans ont pu parcourir parfois 20 km avec les moyens techniques peu développés de l'époque.

Le cratère du volcan Rano RarakuL'île de Pâques, un paradis pour les chevauxL'intérieur du cratère compte aussi de nombreux moai


Retour à la notion de patience... et de nombre ! L'une des hypothèses la plus probable est qu'ils faisaient glisser les moai ventre à terre sur un traineau, posé ou non sur des rondins et construit avec des troncs d'arbres. L'autre théorie est que le moai était dressé d'abord puis qu'ils le faisaient pivoter centimètre par centimètre, debout, à l'aide de cordes... Imaginez la patience, la coordination des efforts, le temps et le nombre de personnes nécessaires pour que, comme le raconte la légende, les moai rejoignent leur ahu en dansant...

Les moai gardent leur mystère à jamaisCertains sortent à peine de terre !Un moai aux oreilles superbement sculptées


Etre là rappelle ce qu'est la vraie croyance et la force du temps et du nombre. Combien de ces moai, à peine sortis de terre, n'ont pas été cassés en cours de route (environ 30%...), tant d'efforts alors à fournir de nouveau suite au moindre faux mouvement, à la moindre fatigue. Ce site, lieu qui se fait magique aux dernières lueurs du soleil, juste avant que les moai ne retournent dans l'obscurité, est à nos yeux le plus énigmatique de l'île.

Coucher de soleil sur les moai du Rano Raraku


Depuis le cratère Rano Raraku, la vue sur l'ahu Tongariki, en front de mer, est très belle et nous pousse à approcher davantage ces 15 statues géantes alignées sur un ahu long de 200m. Un lieu superbe, surtout à la lumière du soir !

Vue sur l'ahu Tongariki depuis les flancs du volcan Rano RarakuQuinze statues géantes sur un seul ahu...Un seul moai possède encore son pukao (chapeau)
L'ahu Tongariki, le plus important des sites de moai de l'île


L'île de Pâques, c'est le mystère, l'admiration, le respect, une nature vierge, le déchainement de la mer, les côtes sauvages et des kilomètres de balades à inventer. Trois jours en voiture, c'est l'idéal pour rêver, pique-niquer et vraiment profiter des lieux, de la côte superbe partout et notamment entre l'ahu Tongariki et la baie d'Ovahe. Attention, ça secoue, pas de goudron ici !

Les côtes escarpées de l'île de PâquesDes paysages apaisants et sauvagesUne île où les animaux sont plus nombreux que les voitures...
Le mieux pour visiter l'île, c'est le 4x4Les pétroglyphes de Papa VakaCette pierre en forme d'oeuf représentait le centre du monde pour les Indiens


Les routes se font de plus en plus mauvaises alors que nous approchons de la baie d'Ovahe et nous ne regrettons pas le 4x4 ! Des dizaines de chevaux, la mer et des sentiers conduisant à de petites criques isolées et bassins naturels, encore un bel endroit sauvage.

La baie d'OvahePleins de belles balades à effectuer par ici
Paysages aux environs de la baie d'Ovahe


L'île de Pâques possède aussi une plage magnifique, celle d'Anakena. Nous n'aurions jamais pensé nous baigner en mai ici ni même trouver une si belle plage, et pourtant ! L'eau est fraîche mais agréable vu la chaleur et c'est tellement le bonheur qu'on passe une après-midi entière à profiter de la plage, du sable blanc, des cocotiers et de l'eau transparente...

La plage d'Anakena
On trouve même des cocotiers sur l'île de Pâques !Baignade rafraîchissante au mois de mai !


Voici sûrement l'un des lieux les plus attirants de l'île et nous y reviendrons à plusieurs reprises, cherchant la meilleure lumière pour photographier les moai qui dominent la plage. Ces ahus ont été restaurés, les moai étant restés longtemps enfouis dans le sable. Cependant ils sont bien conservés, leurs longues oreilles sont bien distinctes ainsi que les symboles, dans leur dos, évoquant les éléments naturels. Mais, bien sûr, c'est aussi le cadre qui fait la beauté de ces sept moai qui dominent la mer parmi les cocotiers.

L'ahu Nau Nau vu depuis la merSept superbes moai à proximité de la plage...Un moai solitaire observe les autres moai de dos
Quatre des sept statues possèdent encore leur pukaoLes moai dominant la plage d'Anakena


Nous pensions avoir emprunté les plus mauvaises routes de l'île, mais non, celle qui passe près de l'ahu Akivi et de l'ahu Tepeu avant de rejoindre Hanga Roa par la côte est bien plus cahotique encore ! Mais cela rajoute à la simplicité de l'île et les paysages sont beaux, bucoliques et verdoyants tout autour du volcan Maunga Otu'u.

L'île de Pâques, ce n'est pas seulement des moai...Simplicité...
Paysages du centre de l'île de Pâques


Nous effectuons un premier arrêt à Puna Pau, un petit cratère de scories d'où était extraite la roche servant à réaliser les pukao, ces couvre-chefs qui ornaient les moai. Les pukaos étaient très lourds (leur poids moyen dépasse les 15 tonnes !) et on ne sait pas s'ils étaient fixés sur le moai avant ou après que celui-ci n'ait été redressé. Puis voici l'ahu Akivi, ahu spécial car le seul dont les moai soient tournés vers la mer. Mais il faut dire que celle-ci n'est pas tout près ! Plus loin, la grotte Te Pahu, énorme tunnel de lave que nous empruntons, nous rappelle les origines volcaniques de l'île.

Nous n'imaginions pas tant de verdureLes sept moai de l'ahu AkiviLes moai de l'ahu Akivi sont les seuls à faire face à la mer
Des kilomètres de balades à inventer...La grotte de Te PahuIl s'agit d'un grand tunnel de lave


Si ces sites ne sont pas les plus beaux de l'île, il est sympa d'y venir pour profiter des paysages et surtout des beautés de la côte ouest. Des bosses, des trous, ça brasse, mais ça fait partie du charme de cette île encore en grande partie à l'état sauvage. Les côtes escarpées, l'espace, et une solitude à peine perturbée par le bruit fracassant des vagues contre les rochers...

Paysages de la côte ouest...
Le silence et la mer...


A l'ouest de l'île se trouvent deux autres très beaux sites, le volcan Rano Kau et le village d'Orongo (accessibles à pied, mais c'est loin et ça grimpe, mieux vaut être motorisé !). La montée permet de profiter de beaux panoramas sur l'île qui semble encore plus minuscule, nous l'embrassons presque entièrement du regard. Puis voici le volcan Rano Kau, étonnant de par sa forme ronde parfaite qui semble presque tracée au compas. La caldera, large de 1600m et profonde de 200m, est emplie de petits lacs et présente une brèche inquiétante du côté de la mer...

Vue sur l'île depuis le volcan Rano KauPaysages valonés de l'île de PâquesLe cratère du volcan Rano Kau
La caldeira est parfaitement ronde


Les Pascuans ont choisi la présence de ce cratère d'un côté et de la mer de l'autre pour construire le village cérémoniel d'Orongo, village où fut célébré, du dix-sept au dix-neuvième siècle, le culte de l'homme oiseau. Tous les ans, chaque tribu envoyait ici un serviteur qui avait pour tâche de trouver et de rapporter à la nage le premier oeuf d'un oiseau du Motu Nui, île située en face du village. Le premier revenu était peint en rouge, ses sourcils, sa tête et ses cils étaient rasés alors qu'il était nommé homme-oiseau et conférait ainsi le pouvoir à sa tribu pour l'année à venir. Des centaines de petits pétroglyphes représentant l'homme-oiseau ou Make-Make, le dieu créateur des Pascuans, sont bien visibles sur les sites.

Le village cérémoniel d'OrongoIci était célébré le culte de l'homme-oiseauLe premier homme qui ramenait à la nage un oeuf de l'île de Motu Nui était célébré homme-oiseau
Il conférait alors le pouvoir à sa tribu pour un anPétroglyphes symbolisant l'homme-oiseau...... et Make-Make, le dieu créateur des Pascuans


Le lieu est sympa mais aucun moai n'y reste et nous aurons préféré les sites de Rano Raraku, Anakena ou Tongariki.
Ces trois jours en voiture ont passés en un éclair mais nous en avons réellement profité, ayant eu tout le loisir de prendre notre temps et de retourner plusieurs fois sur nos sites préférés. Cette île est tout simplement géniale...

Il nous reste encore deux jours pleins avant notre vol. Nous avions peur de nous ennuyer un peu mais non, nous passons du temps à choisir quelques souvenirs, faire la grasse matinée, trier les photos (dur dur !!!) et retourner à pied revoir les ahu les plus proches. Et on ne pouvait décemment pas repartir sans voir une dernière fois l'ahu Tahai au coucher du soleil !

Dernier coucher de soleil sur l'ahu Tahai


S'il n'est pas forcément nécessaire de rester une semaine à l'île de Pâques, le temps y passe vite et, c'est certain, cette île vaut 1000 fois le détour !!! Une île envoûtante et mystérieuse, simple et authentique car pas encore détruite par le tourisme de masse.


Posté le 08/05/2008  -  Voir / cacher les commentaires Voir / cacher les commentaires [3]  -  Poster un commentaire Poster un commentaire  -  


Premire tape : Escale a New-York
tape prcdente : La réserve nationale Pingüino de Humboldt
tape suivante : Santiago
Dernire tape : Lima et retour en France

 

  Photo aléatoire
Au fond, le plus grand hotel de Banff

Le Parc National de Banff
(Canada)

Lire l'étape

Recherche

 

Dernier Ajout

AMÉRIQUES 2007/2008 : Pérou - Posté le 10/10/2008

Lima et retour en France

Difficile de quitter l'océan et de monter dans le bus qui nous conduit à Lima, la capitale du pays. L'ambiance est à la nostalgie, l'heure du retour approche à grand pas et, si nous nous réjouissons pourtant à l'idée de revoir nos proches, il faut bien admettre que nous n'avons aucune envie de rentrer... Nous regardons les paysages défiler par la fenêtre alors que des émotions contradictoires nous envahissent : la sensation d'avoir vécu pleinement et jusqu'au bout cette aventure, l'envie de pro...

Lire la suite

Livre d'Or

Le 27/06/2017 à 13h05, Clemence a écrit :

"Bonjour,
Je souhaiterai vous joindre sur votre adresse mail mais cela ne fonctionne pas.
Y-a t-il un espoir que je puisse vous poser quelques questions sur votre voyages aux Ameriques via une autre adresse mail? :)

Merci ! "

Lire / Signer le livre d'or

PUBLICITÉ
Site validé par le W3C
© 2017 - La Tête Ailleurs - Tous droits réservés Accueil | Nos voyages | Photos | Infos pays | Avant le départ | Vie sur place | Qui sommes-nous ? | Livre d'or | Plan du site | Liens Site réalisé par CreationClic